Les chalets

th_logo1

th_logo2

th_logo4
th_logo3
th_logo1


Tignes - 2100 m - 1er chalet

1951-1959
Chaque été, et en hiver, le CIHM loue le chalet de Tignes, au bord du lac.
Vers 1960
Ce chalet est racheté à José Reymond, fils d'un fermier de Tignes, en partie grâce à des subventions du Ministère de la Jeunesse et des Sports et à des emprunts.
Des travaux de réaménagement sont effectués. Un gérant à temps complet est recruté sur place, ainsi que des salariés permanents à Paris.
Le chalet est occupé hiver comme été. Les courses de montagne et le ski de randonnée à Tignes sont encadrés par des guides de montagne et des moniteurs polonais, dont Marek Tarnowski (originaire de Cracovie) est le chef de file.
1991-97
De nouvelles normes d'hygiène et de sécurité obligent le CIHM à entamer une seconde série de travaux (reconstruction et agrandissement, ce qui fait un total de 92 lits). Malgré de nouvelles subventions de l'Etat et du département, et les apports (dons et prêts des membres du CIHM : "opération SOS Tignes"), c'est le début de difficultés financières. Elles conduisent à l'accord signé avec VTF, qui reprend la gestion du chalet, puis la propriété de celui-ci (1997).

St-Christophe en Oisans - 1350 m

1954 - Acquisition d'un ensemble de 3 chalets pouvant héberger 30 personnes chacun. Ce sont d'anciennes fermes d'altitude, très rustiques et isolées (pas d'accès direct par la route). Le ravitaillement se fait à pied par les participants aux camps. Les chalets de St-Christophe ne sont ouverts que l'été. Les courses de montagne y sont plus techniques qu'à Tignes, ce qui fait leur succès.
1. Chalet de Lanchatra : il est principalement animé par les membres du CIHM Lille et quelques Belges. Plus tard, les Lillois rachèteront le chalet au CIHM.
2. Champébran : fréquenté au départ par des membres parisiens, mais aussi par des étudiants ou anciens étudiants de l'Ecole des Mines. Peu à peu, le CIHM de Strasbourg y séjourne régulièrement. Il sera racheté par d'anciens membres du CIHM.
3. L'Eyrette accueille des adhérents principalement de Paris.

Bionnassay - 1500 m

1963 -2 chalets de 20 places chacun, situés au pied de l'Aiguille de Bionnassay. Les habitués aux camps d'été souhaitent augmenter les difficultés montagnardes. Bionnassay offre un accès à la vallée de Chamonix, et donc à de nouvelles courses, plus intenses. Egalement isolé, le ravitaillement doit être monté à pied. Ce chalet n'est ouvert que l'été. Il est surtout réservé aux camps de jeunes. Un des chalets brûle en 1970.

St Nicolas de Véroce

1963 - Location d'un chalet confortable pour recevoir les familles avec enfants, près de la vallée de Chamonix. Ce chalet original, le "Crêt-des-Neiges" à St-Nicolas, construit par l'architecte Lemême (1936), appartient à Jean-Luc Guichardaz, maître de maison.

Parmi tous ces chalets, Tignes fut le plus fréquenté (ouvert été comme hiver). La fréquentation sur l'ensemble des chalets était de 1500 à 2000 personnes par an en moyenne.

Informations supplémentaires