SKI DE RANDONNÉE

  • Samedi 8 décembre

    Péniche, Musiciens et balade sur Seine,
    PAF : 13 € + vos specialités

  • Ski de Rando
    Ski de Rando
  • Adhésion 2019

    A compter du 1er septembre : adhérez ou renouvellez votre adhésion.

    En ligne via notre site ou à l'aide du formulaire.

    Adhésion valable jusqu'au 31/10/2019. Contact : bureau@cihm.info

  • Ski de Rando
    Ski de Rando
  • Formation Cartographie niv1
    Formation Cartographie niv1

    1 soirée supplémentaire pour les inscrits, 

    le 4 décembre , contacter l'organisatrice

  • Ski de Rando
    Ski de Rando
  • Ski de Rando
    Ski de Rando
  • Ski de Rando
    Ski de Rando
  • Ski de Rando
    Ski de Rando
  • Ski de Rando
    Ski de Rando

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Comme il y a deux ans, cette saison de ski de rando s’achève en beauté pour le CIHM avec un magnifique week-end de 4 jours dans l’Oberland et un sommet à 4273m !! Tout a commencé le mardi précédent avec un détournement du car du GUMS, initialement prévu à Saint-Moritz (Bernina), à cause de prévisions météo moyennes. Mais si la Bernina aurait été pour moi une revanche (ça s’était terminé à l’hôpital avec les doigts gelés il y a 10 ans !), l’Oberland était un rêve de longue date, avec plusieurs week-end annulés, le dernier il y a 3 ans.

Mais qui dit détournement de dernière minute, dit aussi problème pour les places en refuge, surtout pour le samedi soir. Bref, il ne nous reste des places qu’à l’Oberaarjochhütte, on comprendra pourquoi !!

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Un tour à la chapelle de Valgaudemar

C'est la première fois que je m'expédie vers ce coin, dans le parc des écrins, un trou du cul du monde où on crève de chaud. Le car nous a pris comme d'habitude au niveau du cinéma le Denfert, que c'est vachement mieux car on a moins de chance d'y mourir. Les voitures y vont moins vite et c'est plus près du RER.

Arrivé sur le terrain après la toujours pénible première nuit, on nous a posé au village où on a pris un petit dej honnête pour 5 €. La proprio du truc n'était pas là et avait tout préparé.
Et là, le calvaire a commencé ; il a fallu prendre le pied la route, chargé comme des bourriques, 9 km à faire sur le goudron, car la route est fermée pour cause de...en fait je sais pas, flemme des communaux ou arrêté administratif abscond. Nous, on avait un petit Joker. Anaëlle, la fille de notre Chef à nous, François était là en voiture et a trainé les sacs jusqu'à la barrière honnie. On a pu ainsi zapper 2,5 km. Ensuite portage de malade. L'équipe se séparait en 2 camps. Les pieds d'aciers, qui montaient avec les chaussures de rando et les dos d'acier qui montaient en tennis avec les pompes sur le dos. Je rappelle que la sortie étant supposée glacière, on avait le matos, baudrier et ferraille adaptée, ainsi que les immondes crampons, certains trainaient un piolet en plus et des cordes.
Des sherpas, vous dis je.

Partagez