ASSOCIATION BLOG

  • bienvenue1.jpg
  • bienvenue2.jpg
  • bienvenue3.jpg
  • bienvenue5.jpg
  • bienvenue6.jpg
  • bienvenue7.jpg
  • DSC_0034.JPG
  • PhotoVelo3.JPG

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Notre "Bleau en Poésie" du 7 avril fut ARDENT !
Ci-joint la mosaïque que Catherine vient de terminer avec les photos de Pierre Boisson
et les siennes pour avoir trace de ce beau souvenir ensoleillé...

Lisons, écrivons, vivons en poésie
fuyons les esprits douaniers... !
Telle est notre ardente devise !
Oui lire, écrire, vivre en poésie, c’est notre devise !
Pourquoi ?
Si on ne lit pas on s’enlise
Si on n’écrit pas notre mémoire s’ratatine
Si on ne vit pas en poésie notre cerveau finira artichaut

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Nous sommes 6 pour cette rando à Bleau. Thierry + Philippe qui nous amène 3 djeuns pleins d’énergie.

C’est un peu la rando des sentiers classiques entre Bois le Roi et la gare d’Avon.. On grimpe la butte St Louis où des fouilles d’un très ancien ermitage sont en cours. Premiers moustiques en ce début de rando (les mares sont pleines encore cette année).

Longs singles, tout en relances rapides jusqu’au rocher de Samois. On se ravitaille en eau car la température est estivale. Traversée du village haut, puis, après la clairière, descente sur la Seine qui apparaît d’un coup en sortant de la forêt, brillant au soleil. On pique-nique près du camping du Petit Barbeau. Les djeuns se baignent dans le fleuve.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Enfin, un beau dimanche ensoleillé pour faire du VTT. Il aurait été dommage de ne pas en profiter !

Certes, la température était un peu fraîche, mais on s'est vite réchauffés.

A la gare de la Croix de Berny, je retrouve Eric, Paul, Taher, puis Catherine G. Ne voyant pas Simon, un nouveau qui m'avait annoncé sa venue, je consulte mes e-mails, et finit par comprendre qu'il nous attendait à la gare d'Antony. Il nous rejoint au bout de quelques minutes.

Nous commençons par une mini traversée du Parc de Sceaux. Il y a énormément de joggueurs et de marcheurs à cet heure, sans doute le beau temps et les résolutions de nouvelle année !

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Chemin inondé

 

A la gare, il s’avère que 6 personnes ont bien voulu sortir leur bicyclette.

 

Bois de la Grange, de la boue, d’où chemin direct vers le Mont Griffon. Quelques singles avant le déjeuner. Le soleil pointe son nez. On repart et Serge est toujours aussi classieux avec ses lunettes high-tech. On longe le Réveillon. Arrivée au parc de Caillebotte. Longue pause. Retour via le Mont Griffon. Marc prend la suite des opérations vu que j’ai imprimé des cartes sans les GR et les PR. Plus de bois mais la boue toujours aussi impressionnante et par endroit ce sont quasiment des mares d’eau sur les chemins ! Arrivée à la gare de RER.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Un we d’adaptation du programme aux conditions météo et de neige, en toute sécurité

Vendredi : Nous aurions dû partir de Souliers pour rejoindre le Laus de Cervières ; mais le risque d’avalanche est de 4 et le versant Izoard au-dessus d’Arvieux est trop dangereux.
Nous nous faisons donc déposer à Cervières et montons au Laus sous la neige ; pique-nique au sec dans l’auberge et montée au Col de l’Izoard sur ce versant moins exposé ; impossible de s’écarter de la route (non damée à la montée mais avec une sous-couche solide) sans avoir de la neige fraîche à mi-cuisses. Le soleil réapparaît et l’après-midi est très agréable, avec une neige douce sous les skis.
Ski : 15,3 km et déniv 650 m.

Samedi : Impossible de rejoindre le refuge Mautino en passant le Col Bousson : il a beaucoup neigé et il neige encore ; la visibilité est réduite, on ne peut pas skier hors traces (et il n’y a pas de traces) et le risque d’avalanches est maximal. Nous passerons donc une 2ème nuit à l’auberge du Laus.

Partagez