MARCHE NORDIQUE

  • Marche Nordique
    Marche Nordique
  • Marche Nordique
    Marche Nordique
  • Marche Nordique
    Marche Nordique
  • Marche Nordique
    Marche Nordique
  • Adhésion 2019

    A compter du 1er septembre : adhérez ou renouvellez votre adhésion.

    En ligne via notre site ou à l'aide du formulaire.

    Adhésion valable jusqu'au 31/10/2019. Contact : bureau@cihm.info

  • Marche Nordique
    Marche Nordique

C’est l’élément le plus important de ce sport car ils permettent d’en effectuer le mouvement correctement et complètement. Sans des bâtons spécialisés dont nous allons décrire la composition, ce n’est pas de la marche nordique.

Caractéristiques des bâtons de marche nordique par ordre d’importance :

  1. Les gantelets et les poignées
  2. La composition
  3. La taille et les bâtons rétractables
  4. La pointe et les embouts

a. Les gantelets et les poignées

Dans le mouvement de la marche nordique, après le passage de la poignée du bâton au niveau des hanches, on lâche le bâton pour continuer à pousser dessus sans se tordre le poignet. C’est le rôle du gantelet, enfilé sur la main et fixé sur le bâton, de permettre cela. On choisira un gantelet confortable (ne pas hésiter à en essayer plusieurs) et réglable (pour pouvoir mettre des gants en hivers par exemple), de préférence amovible. Les gantelets avec passage de pouce permettent une meilleure prise en mains et sont le plus souvent différents pour la main droite et la main gauche.

Les poignées doivent bien tenir en mains et absorber la transpiration.
Les poignées en plastique n’absorbent pas du tout la transpiration, elles sont donc déconseillées.
Les poignées en liège ont une bonne prise en main et absorbent bien la transpiration, mais sont plus fragiles.
Les poignées en gomme ont les avantages du plastique (pratiquement inusables) et du liège (pour une bonne prise en main et absorbant bien la transpiration).

b. La composition des bâtons

Le planté de bâton en marche nordique est très dynamique et génère donc des vibrations. On évitera les bâtons en aluminium qui absorbe très mal les vibrations et risque de produire des tendinites dans les membres supérieurs.
La fibre de verre absorbe très bien les vibrations, mais est fragile. On la renforcera donc avec du carbone.
Il est conseillé de choisir des bâtons entre 50% et 80% de carbone.

c. La taille des bâtons

Les bâtons doivent avoir en moyenne une longueur égale aux 2/3 de la taille du pratiquant. Cependant, nous ne sommes pas tous faits pareils et certains vont avoir de plus grands bras ou de plus grandes jambes que d’autres pour une taille donnée.
Aussi, il est recommandé d’essayer les bâtons en vrai grandeur avant de les acheter pour être sûr que la longueur choisie convienne.

Quand on tient le bâton, les coudes au corps, l’avant-bras doit être à l’horizontale. Ne vous fiez pas à la longueur inscrite sur les bâtons, elle peut-être inexacte et leur échange n’est pas toujours accepté par le magasin. Il vaut mieux avoir des bâtons un peu trop courts qu’un peu trop longs.

Et les bâtons réglables ? Jusqu’à il y a peu de temps, on les déconseillait, car, d’une part, ils étaient en aluminium et, d’autre part, les systèmes de serrages ne supportaient pas les fortes poussées.
Tout cela a évolué, aujourd’hui il existe des bâtons rétractables en carbone et certaines marques (Leki et Norstix par exemple) ont développé des systèmes de blocage fiables.

Nous allons prochainement en acquérir au CIHM, ce qui nous permettra de les tester.

d. La pointe et les embouts

La pointe doit être très solide et donc en tungstène. Il existe des pointes droites plutôt conseillées pour des terrains meubles et des pointes inclinées pour des terrains plus durs.
Les pointes amovibles ou interchangeables, trop fragiles sont déconseillées.

Quand on pratique la marche nordique sur terrain dur (comme une route goudronnée), on protège les pointes par des embouts en caoutchouc.

Partagez